level 16
90157 XP
26 ans, vélivole passionné et pilote de détection pour la surveillance des feux de foret à Matagami (Québec). Également dessinateur-concepteur en mécanique.
Alexandre Gotillot
En principe, on pourrait se dire (à raison) que le mois de Novembre n’est pas le plus profitable pour les vélivoles. Quand la météo se décide à passer en mode « temps pourri », elle reste sur ce mode pendant un bon moment et ça nous donne de longues journées grises, froides et pluvieuses.

Et pourtant, c’est tout de même en Novembre dernier que j’ai pu faire mon vol d’une heure (étape obligatoire pour tout jeune lâché aspirant au brevet de pilote planeur) ainsi qu’un autre beau vol en onde sur les pentes du Bugey. En réalité, rien n’est perdu, il faut juste se motiver pour sortir les machines et accepter de voler par -5°C dans le cockpit… Comme le dis le chef pi : tout temps est volable si on le veut. (Ouais, enfin je ne l’ai jamais vu décoller en plein orage ou sous la pluie quand même hein…) Après, le tout est d’accepter de partir pour quelques tours de piste.

Du coup, ce samedi premier Novembre, quand j’ai vu le ciel, je me suis dit que ça pouvait être bon. Arrivé au club à 10h comme d’hab, je retrouve quelques autres vélivoles en train de checker la nouvelle acquisition de deux pilotes de notre section VV : un superbe Cirrus Libre (18m d’envergure). Un de plus à rentrer dans le hangar…

Après le traditionnel repas du midi, mise en piste des machines. Le ciel est d’un bleu limpide et le vent est quasi nul. Histoire d’assurer la demi heure, je choisi de me larguer sur la montagne de Tentanet, à 1300m. Là bas, un léger vent orienté sud me porte à peine sur les reliefs, et le temps de faire un ou deux 8 je m’aperçois que le ciel « limpide » consiste en fait en une belle inversion, au niveau du sol. Résultat, on ne distingue à peine le terrain et le relief en bas. Après une ou deux bonnes dégueulantes je me retrouve bas et décide de rentrer. Avec ce brouillard collé au sol, je dois me repérer au scintillement des lacs et aux méandres du Rhône pour prendre le bon cap… heureusement, c’est un coin où nous allons voler fréquemment.

Au final, 30min de vol mais de belles photos à partager! :D


0
En cours de remorquage - Mont Blanc au fond

0
Bassin du Rhône - Contreforts de Chartreuse au fond

0
Montagne et Col de l'Épine, au fond, massif de Belledonne

0
Pointe du Tentanet, montagne de St Benoît et d'Izieu

0
Beauges et massif du Mont Blanc

0
Bassin du Rhône, et l'inversion de température au sol

0
Plaine de Belley - massif du Mont Blanc
Cécile Theck - Mardi 04 novembre 2014 à 20:55
Jolies photos! Chez nous samedi, il y avait de l'ondulette sur la Hoëgne entre 200 et 300m. Mais bon, l'onde ici, c'est max. 10 jours en hiver: les autres (en général) il pleut. :( Vivement la nouvelle saison! ;)
Alexandre Gotillot - Jeudi 06 novembre 2014 à 18:02
Ben chez nous l'onde peut vite se créer, dès qu'on a un peu de Sud c'est parti. Vu qu'on est à la fin de la vallée du Rhône, ça arrive à donner un peu mais ça reste assez exceptionnel. Mais ça reste mon type de vol préféré, et de loin: le plus technique (pour accrocher en sous-ondulatoire) et le plus cool une fois qu'on est en régime laminaire. Malheureusement (ou pas?) je ne serais pas de la partie pour la prochaine saison car j'ai pour projet de partir au Canada pour entamer une formation de pilote pro. Donc exit le planeur...et ça va me manquer! J'y retournerais sûrement un jour... Quoiqu'il en soit, j'essaie de profiter de toutes les occasions qui se présentent pour le moment pour continuer de me faire plaisir en planeur!
Pierre Toussaint - Dimanche 23 novembre 2014 à 00:21
Splendides photos ! Et en novembre !
Alexandre Gotillot - Mardi 25 novembre 2014 à 18:14
Merci! Oui on arrive à avoir de belles photos, même fin Novembre! Maintenant la plupart des sommets sont enneigés, donc c'est encore mieux ;D Dommage que le temps ne se prête pas plus au vol à voile en ce moment.