Suivre cet intérêt
Terrain
Alexandre Gotillot
Salut à tous,

Ça faisait longtemps que je n’avais pas posté, car j’attendais d’avoir passé mon quota de 6 mois sans raconter ma vie!

Ceci étant dit, ces 6 derniers mois m’ont vu revenir au Québec à la mi-janvier, puis passer les cours compagnie chez Grondair courant février en vue de devenir patrouilleur aérien pour la saison estivale 2017. Ce premier job, essentiellement réservé aux tout nouveaux pilotes professionnels, permet de s’assurer une petite centaine d’heures de vol sur Cessna 182RG dans le nord du Québec. Le job de patrouilleur est d’effectuer des circuits pré-determinés par l’organisme de surveillance et de prévention des incendies forestiers (SOPFEU) dans les régions isolées du centre du Québec (en dessous de la Baie-James) d’environ 3h de vol, et de détecter et signaler à l’aide d’un système GPS spécifique embarqué tout départ de feu. La SOPFEU se charge ensuite de dispatcher les ressources nécessaires à l’extinction de l’incendie.

Les pilotes patrouilleurs sont envoyés pendant 3 mois dans des bases isolées, avec leurs avions et doivent suivre quotidiennement les mises à jour de la SOPFEU par internet pour savoir quand décoller, quelles patrouilles effectuer et où aller. En ce qui me concerne je suis avec deux autres pilotes de Grondair, détaché sur la base de Matagami (CYNM). Le Cessna 182RG est une machine plus performante que ce que nous avons eu l’occasion de piloter jusqu’à présent, et est un avion extrêmement agréable! Il embarque un système nommé « Sky Deploy », développé par CAE spécifiquement pour les besoins de la détection, et qui consiste en un petit ordinateur embarqué, d’un système de positionnement par GPS et d’un système de communication satellites. Il permet d’afficher la patrouille à effectuer, de positionner précisément les incendies détectés sur le territoire et de communiquer avec le dispatch à Québec via téléphone satellitaire.
Samedi 27 nous avons donc été déployés à Matagami, nous avons convoyé nos trois avions ensemble tôt dans la matinée, et à peine posés nous avons été mis en appel pour effectuer chacun une patrouille à 15h. Ma patrouille m’a emmené au nord de Matagami, au-dessus du 50ème parallèle. J’ai en fait passé 3h à survoler la forêt Boréale parsemée de lacs immenses, sans voir une route, un champ ou un village! Le survol, pour les besoins de la détection, ne doit pas se faire à plus de 1500ft AGL, ce qui laisse le temps d’apprécier le paysage! Au retour de n^tre patrouille, un patrouilleur de la base de Val d’Or est venu nous chercher pour nous ramener à Québec, afin de prendre nos véhicules personnels et monter nos affaires à Matagami par la route. Le trajet, effectué le lendemain, nous a pris 13h de route pour 973km, un beau road trip!

Cette expérience est ma première en tant que pilote professionnel, et s’apparente à de l’aviation de brousse. Nous avons chacun nos avions, à nous de nous occuper de leur « santé », nous en sommes responsables à 100%. En parallèle nous devons garder à bord les documents à jour, ainsi que le manuel d’exploitation. Ça paraît logique et pas sorcier, mais rendu à 1000km du reste de l’entreprise, dans une région où le téléphone ne passe pas et où internet a une vitesse de connexion proche de celle d’une tortue unipattiste et assoifée, cela prend parfois des dimensions épiques! Reste à espérer que la saison des feux nous sera propice et nous fera faire un maximum d’heures de vol!

0
Au départ du vol de convoyage, Navlog d'un côté et checklists de l'autre!

0
La traversée du St Laurent, au niveau de la ville de Québec, s'est faite en VFR OTT, à 6500ft. Bien que les opérations de la SOPFEU interdisent explicitement le vol IMC, les pilotes doivent avoir un IFR monomoteur ou supérieur valide lors de leur saison.

0
0
0
Traversée de la rivière Bell, au départ de Matagami, pour la première patrouille de la saison!

0
Paysage typique de la région: forêt de résineux et lacs immenses à perte de vue!


0
0
0
0
Vue d'ensemble de la patrouille no645, au nord de Matagami, sur l'écran rabattable du système CAE Skydeploy

0
Sur la route de Matagami. 600kms sans réseau téléphonique, au milieu de la forêt Boréale...c'est pas le moment de crever!

0
Départ: 9h. Arrivée: 23h. L'état de ma voiture à la fin du trajet dit le reste...
Dimitri _t - Mardi 20 juin 2017 à 19:30
Superbe retour merci ! C'est triste de ne pas avoir eu de commentaires déjà, mais bon... En tous cas je ne pensais même pas à cette opportunité pro. Chouette aventure, ça fait plaisir de lire de telles histoires !
Tout est chargé