Suivre cet intérêt
Appareil
Planeur monoplace de transition entre le pilotage de début et le pilotage avancé.
Alexandre Gotillot
Bon aller, je teste le posé d’aventure !

Samedi matin, levé assez tôt et à peine le nez en l’air, je sens déjà que ça va donner ! Arrivé au terrain, repas entre tous les membres comme d’hab et mise en piste. Ma monture du jour sera le petit Twin Astir du club, F-CFMU:

0
Planeur monoplace facile et stable, il se pilote tout seul. Décollage en 3ème, je suis le premier pèlerin à prendre la décision qui consiste à rester vertical Morestel pour assurer le local tout en priant pour trouver des pompes…mais j’ai pas du prier assez fort. Après ½ heure de lutte franche mais inégale ( ?), je me prends une belle dégueulante pile poil sur la vent-arrière, ce qui me met en parfaite position pour aller me poser. Au nord, un système de cumulus se développe et tous les collègues largués par là bas se font plaisir. Au sol, je suis la risée du pilote remorqueur et de 2-3 spectateurs là par hasard.

0
Le terrain vu d'en haut, mais pas assez malheureusement.


0
Vu d'encore moins haut, ça donne ça.


Blessé mais digne, je repart en me disant que si je fait moins de temps, je me fait moine shaolin. Heureusement, une pompe m’attend à quelques centaines de mètre du terrain, et me catapulte jusqu’à la limite de la zone autorisée, soit 4500ft QNH. Sentant qu’elle en a encore sous le pied, je me décale pour passer dans la zone plus à l’est limitée, elle, au FL065.

0
Ah, là ça me va mieux! Premier coup de cul lors du 2ème vol.


0
"Planeur Roméo 102 switch de 123.50 à Houston control. Over." Joli Vario.


Le système de cumulus qui se développait une heure plus tôt sur le Bugey a en plus eu la bonne idée de se décaler sur Morestel, et me voilà satellisé à 1600m sans avoir eu le temps de comprendre. Sauf que ce même système s’est maintenant étalé et vire au cumulus congestus bien flippant vu du dessous, et bien noir.


0
Morestel, vu de 1400m QNH.

0
Système de cumulus étalé et qui commence a tourner...

0
Une base bien sombre.

Enfin bon, je ne veux pas finir shaolin maintenant. Du coup cap au nord sur le Bugey, et en cheminant j’arrive même à gratter quelques dizaines de mètres. Arrivé aux contreforts du Bugey (Montagne de Tantanet pour les intimes). De là, je me suis amusé avec les bases bien étalés des nuages pendant 2 heures, jusqu’à me faire éjecter comme un mal propre et à être obligé de rentrer. (En semi hypothermie car il faisait pas plus de 5°C là haut…) Durée du vol : 2h35. Pas à me plaindre.

0
En route pour le Tantanet, 1600m QNH.

0
Passage du Rhône. Ici, ça dégueule toujours un bon coup...

0
Contreforts du Bugey, Aufond se situent la montagne d'Izieu et l'aérodrome de Belley LFKP.

0
En dessous de 5°C et en T-Shirt! Ça vaut tout de même bien une bonne crève!

0
Presque au plafond.

0
Bugey et vallée de l'Albarine

0
Le Rhône

0
Plaine de Belley. Au fond, Montagne de l'Épine et la Dent du Chat, juste avant Chambéry.

Le lendemain, je remet ça ! Arrivé à la bourre au terrain, on prend le repas et on met en piste avec la fougue de ceux qui sentent les pompes tout autour du terrain. Brief rapide avec le chef pi et un autre jeune breveté qui part aussi solo sur la campagne, attribution des zones d'évolution des machines: aujourd'hui,ce sera L31 (F-CEHF), le LS1D du club. Oui mais voilà, le pilote remorqueur est très à la bourre, et se fait désirer. Il arrive à 14h, prend le temps de se faire insulter et nous met enfin en l’air.

En 20 minutes, 3 planeurs en l’air, et je suis le dernier de ces messieurs. Largué vertical terrain, +2m/s planté et j’attends patiemment d’avoir atteint mon plafond pour foncer vers le Nord. Chose promise, chose dûe. En switchant la fréquence sur 123.05 Mhz j’entends les collègues s’extasier sur d’hypothétiques varios à +3/+4m/s. Mouais. On m’a déjà fait le coup, c’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la limace.

0
Au loin, le Tantanet et ses barbules...

Arrivé au Tantanet, une barbule me fait du pied et m’invite à la rejoindre. Je m’insère donc entre un Faucon et un vrai, et après 30 secondes à peine je me retrouve au plafond (FL065.) J’ai même pas eu le temps d’entendre le vario bipper. Bon, du coup je pars me balader le long des crêtes d’Innimond et au dessus de la vallée de l’Albarine. Mais bon, non lâché campagne je dois assurer le local du terrain et les limites de ma zone de jeu fixée par le chef pi avant le départ, je met donc fin à mes pérégrinations (Il m’a fallut le dico pour celui là.) et part vers l’Est, le long du Rhône, en direction de Chambéry.

0
Vallée de l'Albarine

0
Entrée de la vallée de l'Albarine et plaine de Belley

0
Un Bugey bien prometteur. Les autres ne se feront pas prier pour aller tourner "Le pâté de maison", un petit circuit assez simple pour débuter.

Arrivé à St Genix sur Guiers, je me rend compte que je suis un peu bas. Pas grave, le vario s’excite et me revoilà à 1800m en quelques minutes. Je décide donc de partir vers La Tour du Pin (LFKP) en cheminant un peu, mais l’échec dudit cheminement m’oblige à rebrousser chemin la queue entre les pattes et repartir vers le Bugey.

0
Les Avenières

0
Non loin de la montagne d'Izieu

0
Petit coup d'oeil sur la plaine.

Entre temps le vent s’est levé et commence à souffler pour de vrai. Arrivé sur les crêtes, j’observe ma dérive et la trouve tellement belle que je reste en vol de pente (mixé à quelques thermiques purs de subsidence) jusqu’à ce que je décide de rentrer.

0
Au-dessus des contreforts du Bugey

0
Vue de détail du Tantanet

0
Au-dessus du Bugey

0
Le Rhône

Cap sur le terrain, vent de face et à vitesse de finesse max, je ne perd qu’à peine plus de 200m. Il me faut encore perdre 700m pour envisager de me poser. Le temps d’observer d’en haut le passage aile dans aile du chef pi et d’un autre pilote, et je me mets sur la tranche histoire de faciliter la descente. Posé pas cassé c’est gagné, 5h20 de vol.

Chouette ça me fait mon 5h pour le badge argent FAI ! Sauf que…ce foutu FLARM a fait grève durant tout le vol et n’a même pas trouvé intelligent d’enregistrer la trace. Damned ! Tant pis, faudra recommencer !

0
Tranquille.

0
Il est où ce con de piaf?!
Afficher les commentaires précédents >
Stéphane DSE - Mercredi 28 mai 2014 à 18:50
Osef pas besoin d'un ventus 2cx pour faire de beaux vols ^^ Mais la météo ça.. on l'a ou on l'a pas.
Alexandre Gotillot - Mercredi 28 mai 2014 à 21:10
Oulà non surtout pas de ventus ou autre bon planeur! On ne verrai plus le chef pi ou les instructeurs!! Non le problème reste la météo bien sûr mais aussi les espaces autour du club: à L'Ouest, c'est Lyon St Ex, à l'Est c'est Aix les bains (classé E, ils sont sympas les Savoyards!), au Sud Grenoble St Geoirs et au Nord c'est la TMA de Genève...Dur, dur.
Stéphane DSE - Mercredi 28 mai 2014 à 22:27
Arf ça doit être chiant pour sortir du local ça... déjà que la météo est pas fantastique :p Mais bon jte rassure c'est pareil dans d'autres clubs.. dont le mien -_-
Alexandre Gotillot - Mercredi 28 mai 2014 à 23:08
Mouais c'est sûr. On a de belles opportunités mais faut toujours avoir l'oeil à la carte et à l'alti... Après une fois qu'on a passé Challes en direction de l'Est ou la Chartreuse, c'est gagné. Encore faut-il le pouvoir (pas lâché campagne... ^^')
Stéphane DSE - Jeudi 29 mai 2014 à 21:39
Ca viendra :)
Tout est chargé